Des mots et des photos : Mises au point sur les inégalités

Des mots et des photos : Mises au point sur les inégalités

Cette série photographique est née d’une idée simple : mettre des images et des visages sur les inégalités sociales. Elle est le fruit d’un travail collectif au sein du séminaire « Inégalités sociales et parcours de vie » du département de sociologie de l’Université de Montréal, durant le semestre d’automne 2015. Rendre visible ces contrastes sous la forme d’instantanés, c’est aussi prendre position sur ce qui nous touche, nous repousse ou nous fascine. Stabiliser son regard sur une scène de la vie quotidienne constitue une démarche intime et personnelle, qui s’appuie sur notre propre conception des enjeux sociaux. C’est seulement en rendant ces déséquilibres limpides et intelligibles que l’on parvient à les examiner, pour mieux les combattre. Au travers de cette série photographique se pose une réflexion plus profonde sur la place des inégalités aujourd’hui, et sur la façon dont elles s’intègrent dans notre quotidien. Ensemble, nous avons ainsi voulu éclairer quelques facettes, nécessairement subjectives et partielles, des inégalités.

Coordinatrice scientifique : Cécile Van de Velde

Responsable de projet : Mélissa Moriceau

Design affiche : Alizé Houdelinckx

Ce projet a été organisé par la Chaire de recherche du Canada sur les inégalités sociales et les parcours de vie, dont la titulaire est Cécile Van de Velde, professeure au département de sociologie de l’Université de Montréal.

Share

Cécile Van De Velde

Je suis Cécile Van de Velde, sociologue et titulaire de la Chaire de Recherche du Canada sur les inégalités sociales et les parcours de vie. Dans mes différentes enquêtes, plusieurs sujets me tiennent à cœur : le sort de la jeunesse, les mutations des âges de la vie, l’évolution des rapports entre générations, ou encore les différentes expériences de la solitude et de l’isolement à différents moments de la vie. Je m’intéresse à ces sujets en comparaison internationale, afin de mieux saisir les dimensions de nos parcours de vie qui convergent au delà des frontières, mais aussi ce qui les différencie, entre les sociétés, les sexes, les milieux sociaux ou les âges. Avec cette approche, je tente de répondre à une interrogation de fond : comment les politiques publiques structurent l’évolution de nos parcours de vie et leurs inégalités depuis la crise? Sur ces questions, j’ai écrit plusieurs articles, chapitres et ouvrages (vous en trouverez la liste ici), dont « Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe » (2008), et « Sociologie des âges de la vie » (2015). Je finalise actuellement une recherche sur les « colères » du XXIème siècle et leur signification sociale, en comparant notamment quatre mouvements sociaux de jeunesse, qui ont eu lieu ces dernières années à Madrid, Montréal, Santiago du Chili et Hong-Kong. Mon objectif est de mieux repérer les nouvelles tensions dans les parcours des jeunes générations depuis la crise, et j’aurai l’occasion d’y revenir au sein de ce blogue.