« Inégalités sociales et parcours de vie » : le sens d’une Chaire

« Inégalités sociales et parcours de vie » : le sens d’une Chaire
Télécharger l'article en PDF

Quels sont les effets des politiques publiques sur nos trajectoires de vie et sur leurs inégalités depuis la crise ? Comment les différentes générations interagissent aujourd’hui, et pourront vivre ensemble demain ? Cette Chaire sur les Inégalités sociales et parcours de vie vise à enrichir les connaissances sur la dynamique des inégalités sociales de l’enfance au grand âge. Elle s’appuie sur la mixité des méthodes statistiques et qualitatives pour saisir les grandes mutations de nos parcours de vie, et leurs implications familiales, sociales et politiques. Elle privilégie une perspective de comparaison internationale, entre les sociétés d’Amérique du nord et d’Europe.

Inégalités, âges et générations : l’enjeu du « vivre ensemble »

« Nous sommes les 99% » aux Etats-Unis, « Indignés » au sud de l’Europe et plus récemment « Nuit debout » en France… Les mouvements sociaux massifs de ces dernières années en sont une des manifestations : la crise économique aiguise et reformule l’enjeu des inégalités sociales au sein des sociétés contemporaines. De récents travaux économiques mettent en exergue l’accroissement des inégalités « par le haut », c’est-à-dire l’augmentation rapide de la part relative des plus hauts revenus dans la répartition des richesses (Piketty, 2013). Plus largement, la question des inégalités sociales émerge comme l’un des défis centraux de la décennie à venir. Elle appelle un renouvellement des connaissances pour mieux penser la justice sociale, l’équité entre générations et la protection des nouvelles vulnérabilités.

Le programme de la Chaire se propose d’ouvrir un front de recherche sur la façon dont on peut enrichir les analyses en termes d’inégalités sociales en prenant mieux en compte les effets de l’âge et de la génération. De quelle façon les inégalités se construisent, se cumulent ou se recomposent au fil des étapes du parcours de vie? Comment se manifestent-elles lors des grands enjeux qui jalonnent nos existences, de la naissance à la mort? Derrière cette question des âges de la vie, se profile aussi celle des générations : la problématique de la justice entre générations émerge dans les débats publics européens et américains, et des travaux mettent en lumière la profonde métamorphose des rapports sociaux et familiaux de génération, de part et d’autre de l’Atlantique. Face aux enjeux conjoints du vieillissement démographique et de la montée de la précarité juvénile, il importe d’identifier les multiples inégalités qui peuvent cliver désormais les « destins » entre générations et l’évolution du rôle des solidarités familiales. Dans le sillage de la crise et du tournant de l’austérité, la façon dont les différentes générations peuvent exister et coexister dans l’espace public émerge comme un défi démocratique majeur pour les décennies à venir.

« Inégalités sociales » et « parcours de vie » : la rencontre de ces deux champs d’investigation, souvent traités séparément, est ainsi pensée dans cette Chaire comme l’occasion d’interroger les conditions et les possibilités du « vivre ensemble » contemporain. En effet, une telle rencontre implique d’explorer non seulement la façon dont les inégalités s’incarnent dans des parcours de vie contrastés, mais aussi les perceptions dont elles font l’objet, de leur acceptation à l’expérience de l’injustice. Ce programme repose sur la conviction que la sociologie a un rôle important à jouer dans la lecture des inégalités contemporaines, ainsi que des arbitrages auxquels sont soumis les Etats face à la crise, car elle peut faire le lien entre les politiques publiques et leurs effets inégaux sur les parcours de vie. A l’heure où prédomine, dans les débats publics, un type d’explication de type individuel percevant les individus comme premiers responsables des inégalités de revenu et de conditions de vie, la Chaire vise à mettre en lumière les dynamiques collectives et politiques qui génèrent ces inégalités sociales et générationnelles, afin de proposer des pistes de réflexion et d’action. Elle a l’ambition de devenir un pôle de recherche innovant sur les inégalités sociales, avec 3 objectifs interdépendants :

Mettre en lumière la dynamique des inégalités, de l’enfance au grand âge, en proposant une approche multidimensionnelle de ces inégalités, qui explore non seulement les conditions de vie et leurs dimensions économiques, mais aussi les épreuves sociales et existentielles qui jalonnent désormais les parcours ;

Jouer un rôle moteur dans le développement d’approches fondées sur la mixité des méthodes qualitatives et statistiques, en intégrant de nouveaux modes de collecte et de traitement des données (médias et Internet), ainsi que des modes de transmission visuelle, telle que les photographies et les documentaires ;

Proposer une perspective de comparaison internationale et régionale, permettant d’éclairer les différents arbitrages politiques et leurs effets sur les parcours de vie d’un modèle social à l’autre.

1

Trois axes de recherche

Pour répondre à ces enjeux, trois grands axes de recherche et de publication sont privilégiés.

Inégalités, austérité… colères 

Quels effets la crise et les politiques d’austérité ont sur la conduite de nos existences, et sur nos modes d’adhésion -ou de désadhésion- à la démocratie représentative ? Un premier axe de recherche vise à identifier l’impact de la crise et de l’austérité sur la recomposition des inégalités sociales et générationnelles dans les parcours de vie, et leurs conséquences sur la citoyenneté. Il se traduit par la mise en place d’une vaste enquête internationale portant sur les inégalités entre générations et sur les différentes « colères » sociales et citoyennes dans le monde. Cette recherche met en lumière les tensions existentielles, sociales et politiques que les inégalités peuvent aujourd’hui engendrer au sein même des parcours de vie. A travers l’exploration de ces lignes de faille, il s’agit de soulever in fine la question du « gouvernement » -individuel ou collectif- des existences contemporaines, à un niveau transnational.

2

Politiques publiques, inégalités et générations depuis la crise 
Qui doit payer la « dette », c’est-à-dire être prioritairement touché par la réduction des déficits publics ? Avec le tournant de l’austérité et des politiques néolibérales, vers qui sont prioritairement ciblées les « coupes » budgétaires, et quels en sont les effets concrets sur les différentes vulnérabilités en présence dans l’espace social ? Ce second axe vise à apporter une lecture rigoureuse et comparée des arbitrages politiques actuels et de leurs effets sur les inégalités sociales et générationnelles. Il vise donc à l’élaboration d’indicateurs susceptibles d’améliorer la connaissance des effets des politiques publiques sur différents âges de la vie depuis la crise, et à une meilleure compréhension de ces enjeux d’équité dans le débat public. Il est orienté vers la comparaison de la façon dont les différents modèles sociaux traitent actuellement les âges depuis la crise, et leurs effets sur les clivages inter- et intra-générationnels.

Epreuves de l’âge et inégalités : la solitude dans les parcours de vie

Au delà des dimensions économiques, y-a-t-il d’autres formes d’inégalités, plus invisibles, qui se jouent au niveau existentiel ? Ce troisième axe de la Chaire vise à enrichir l’analyse des inégalités socio-économiques par l’exploration de dimensions plus subjectives au sein des parcours de vie. Cette perspective s’opérationnalise dans une enquête comparée sur l’expérience de la solitude au fil des âges, et sur les inégalités qu’elles révèlent. L’expérience de solitude devient une clé de lecture des épreuves de l’âge et des multiples visages intimes de l’existence : il s’agit de décloisonner la solitude des seuls âges auxquels elle est fréquemment associée -les femmes célibataires ou les personnes âgées isolées notamment- pour en visiter les figures émergentes et moins visibles, qui se déploient aujourd’hui au fil des parcours de vie.

Article réalisé par : Cécile Van de Velde

Pour citer cet article :

Cécile Van de Velde, «« Inégalités sociales et parcours de vie » : le sens d’une Chaire», Le blog de la Chaire de recherche sur les inégalités sociales et parcours de vie, mai 2016. URL : http://inegalitessociales.com/2016/05/23/inegalites-sociales-et-parcours-de-vie-le-sens-dune-chaire/

Share

Comments

  1. […] de la Chaire de recherche sur les inégalités sociales et les parcours de vie sur le site Inegalitessociales.com, ainsi que sur ce site […]

Comments are closed.