Axe « Inégalités et territoires »

AXE3

Le troisième axe investit la question des liens entre inégalités, mobilités et territoires : en prenant pour terrain privilégié la ville de Montréal, la Chaire s’intéresse à la façon dont ces inégalités sociales structurent les façons d’exister et de co-exister dans la ville. A partir d’études ethnographiques conduites sur des quartiers ciblés, nos travaux étudient en particulier sur les effets de la ségrégation et de la gentrification sur les rapports sociaux et les modes de vie urbain. La perspective des parcours de vie permet ici d’analyser en particulier la façon dont ces inégalités face à l’espace se traduisent dans des inégalités dans le rapport au temps quotidien ; elle vise ainsi à déconstruire les relations entre les lieux, les liens et le temps quotidiens.

AXE3-1Avec une équipe de jeunes chercheurs de la Chaire, nous nous penchons en particulier sur la dynamique de la gentrification à Saint-Henri à Montréal, dans le but de dévoiler les mécanismes à l’oeuvre et les rapports sociaux qui se nouent entre les différentes strates d’habitants. Saint-Henri, hier quartier « populaire » de Montréal, est en effet devenu un quartier « branché ». Cette métamorphose va de pair avec l’arrivée de nouveaux habitants issus des classes moyennes et aisées, qui cohabitent désormais avec les résidents de longue date. Au-delà de sa métamorphose visuelle, le quartier devient aussi un creuset de nouvelles inégalités sociales, concentrées à l’échelle d’un espace restreint. Nous avons mené une enquête collective de 8 mois de terrain dans le quartier, pour mieux comprendre les rouages et les effets de la gentrification sur les habitants eux-mêmes. Les résultats de cette enquête vont prochainement faire l’objet d’une exposition photographique et sociologique commentée qui sera exposée dans différents lieux de Montréal, ainsi que d’un webdocumentaire.

AXE3-2La Chaire participe activement au partenariat « Tryspaces » sur les transgressions et les régulations des pratiques juvéniles sur le territoire de la ville. Tryspaces est un vaste programme de recherche comparatif entre les villes de Montréal, Mexico, Paris et Hanoï : d’une durée de 7 ans et financé par le CRSH, il vise à comprendre les ressorts et les effets du rapport des jeunes à l’espace public sur chacun de ces sites. Cécile Van de Velde et Valérie Amiraux coordonnent une des études de cas ayant lieu à Montréal portant sur la signification et les figures de la « transgression » dans une ville qui se veut « alternative ». Dans ce cadre, Cécile Van de Velde va s’investir en particulier dans une enquête qui vise à recenser et analyser les « mots de la colère » sur les murs de Montréal, en repérant au nom de qui, contre qui et contre quoi ils sont adressés.

De plus, deux membres de la Chaire ont été financés par Tryspaces pour mener à bien une recherche ethnographique : Quentin Guatieri sur les jeunes « graffeurs » de Montréal, et Mélissa Moriceau sur la vie collective en squat à Montréal.

TD

0 - Gabarit-portrait

Falina Esther Polynice
Elle conduit un mémoire de maîtrise sur les trajectoires d’orientation de jeunes Haïtiens de seconde génération issus de trois quartiers différents de la ville, afin d’y analyser les inégalités dans l’information vis-à-vis de l’orientation et l’accès à l’enseignement supérieur

Donrock Pierre Alexis
Il prépare son mémoire de maîtrise (en co-direction avec Christopher McAll) sur les modalités de choix des écoles par les parents habitant le quartier Saint-Henri, et son influence sur la reproduction sociale

Guillaume Gingras
Il  conduit sa recherche de maîtrise (en co-direction avec Stéphane Moulin) sur le rôle du quartier d’origine sur les trajectoires d’études et les diplômes, à partir de la base de données EJET