Author Archives: Paméla Skaff



Paméla Skaff
Paméla Skaff

Mes souvenirs d’enfance et d’adolescence sont profondément marqués par l’amour de ma grand-mère maternelle ; ma «deuxième mère». Je me rappelle aussi avoir travaillé dans une maison de retraite durant trois ans. Ce sont ces deux événements-marquants dans mon parcours de vie qui m’ont profondément sensibilisé à la vieillesse et au processus du vieillissement. C’est d’ailleurs mes sources d’inspiration pour mon projet de mémoire. L’augmentation de l’espérance de vie et le construit social de ce que représente une «vieille personne» crée une nouvelle conception du vieillir dans un monde où règne le culte de la beauté et de la nouveauté. La vieillesse d’aujourd’hui est différente de celle d’hier et de demain. La dé standardisation du cycle de vie à trois temps (jeunesse, vie adulte et vieillesse) résulte vers un éclatement interne de chacune de ces trois périodes. Je m’intéresse principalement à la dernière, celle du vieillissement. D’abord, le fait de partir à la retraite ne s’associe plus avec une forme de «mort sociale». Ensuite, dans la nouvelle conception du vieillir, la personne vieillissante est parfois confrontée au choix d’aller vivre dans un milieu de vie substitut (CHSLD, Maison de retraite, etc.). La vieillesse vécue en institution porte souvent une représentation sociale associée à un état vulnérable et dépendant de la personne. C’est à l’aide d’entrevues et d’observations que je tente de comprendre quel est le rapport à soi et au monde de personnes aînées vivant en maison de retraite à travers la reconstruction identitaire liée au processus du vieillissement. Ma réflexion se base sur des concepts tels que la «déprise», la «sociabilité» et la «résilience», à la lumière de l’approche des parcours de vie. L’objectif est d’étudier et d’analyser l’avancée en âge vécue par l’individu à l’intérieur d’un établissement institutionnalisé. Plus précisément, je me penche sur la question de la reconfiguration du lien social de la personne aînée lors de son entrée en maison de retraite. Enfin, la pandémie ayant affectée une bonne partie de la population aînée québécoise, il est d’autant plus important de réfléchir et de remettre en question la configuration actuelle des établissements dédiés pour les aînés. Il existe d’ailleurs déjà des modèles inspirants de milieux de vie adaptés aux aînés, notamment au Pays-Bas ou en Allemagne.