Printemps Érable et mouvement étudiant chilien : deux mobilisations, un seul combat?

Printemps Érable et mouvement étudiant chilien : deux mobilisations, un seul combat?

L’Observatoire Jeunes et Société vous invite à la 3e conférence du séminaire permanent « Les jeunes en Amérique Latine. Perspectives avec le Québec, le Canada et l’Amérique du Nord ». L’évènement se tiendra le vendredi 23 mars 2018, entre 12 :00 et 13 :30, à l’UCS-INRS de Montréal (aussi accessible par visioconférence de l’INRS-Québec et via Scopia).

Sous le titre « Printemps Érable et mouvement étudiant chilien: deux mobilisations, un seul combat?« , la communication de Cécile Van de Velde, professeure au département de sociologie de l’Université de Montréal (UdeM) et directrice de la Chaire de recherche du Canada sur les inégalités sociales et les parcours de vie, propose un retour comparatif sur ces deux mouvements, dans le but de faire émerger ce qui les rassemble et ce qui les distingue. L’enjeu est de comprendre dans quelle mesure ces mobilisations font partie d’une colère étudiante plus globale, née dans le sillage des politiques d’austérité et du processus de néolibérisation des universités.
Julie-Anne Boudreau, professeure au Centre Urbanisation Culture Société de l’INRS et directrice de Transformative Youth Space (TRYSPACES) tiendra le rôle de discutante.
***Conférence gratuite, inscription nécessaire à obsjeunes@ucs.inrs.ca***
Plus d’informations :
Affiche complète
Lien vers le site de l’INRS

Share

Cécile Van De Velde

Je suis Cécile Van de Velde, sociologue et titulaire de la Chaire de Recherche du Canada sur les inégalités sociales et les parcours de vie. Dans mes différentes enquêtes, plusieurs sujets me tiennent à cœur : le sort de la jeunesse, les mutations des âges de la vie, l’évolution des rapports entre générations, ou encore les différentes expériences de la solitude et de l’isolement à différents moments de la vie. Je m’intéresse à ces sujets en comparaison internationale, afin de mieux saisir les dimensions de nos parcours de vie qui convergent au delà des frontières, mais aussi ce qui les différencie, entre les sociétés, les sexes, les milieux sociaux ou les âges. Avec cette approche, je tente de répondre à une interrogation de fond : comment les politiques publiques structurent l’évolution de nos parcours de vie et leurs inégalités depuis la crise? Sur ces questions, j’ai écrit plusieurs articles, chapitres et ouvrages (vous en trouverez la liste ici), dont « Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe » (2008), et « Sociologie des âges de la vie » (2015). Je finalise actuellement une recherche sur les « colères » du XXIème siècle et leur signification sociale, en comparant notamment quatre mouvements sociaux de jeunesse, qui ont eu lieu ces dernières années à Madrid, Montréal, Santiago du Chili et Hong-Kong. Mon objectif est de mieux repérer les nouvelles tensions dans les parcours des jeunes générations depuis la crise, et j’aurai l’occasion d’y revenir au sein de ce blogue.