Colloque « Politiques de jeunesse et inégalités sociales » : Appel à communications

Colloque « Politiques de jeunesse et inégalités sociales » : Appel à communications

Colloque « Politiques de jeunesse et inégalités sociales » :

Appel à communications

Colloque conjoint de l’Observatoire Jeunes et Société (OJS)
et de la Chaire de Recherche sur les inégalités sociales et les parcours de vie

Organisé dans le cadre de l’ACFAS 2017

Les 8 et 9 mai 2017, Montréal

Responsables :

María Eugenia Longo, Cécile Van de Velde, Nicole Gallant, Stéphanie Atkin

observatoire_logo

Ce colloque rassemblera des chercheurs et praticiens de divers horizons pour faire le point sur les liens, souvent complexes et ambigus, entre politiques publiques de jeunesse et inégalités sociales. Il vise à mettre en perspective, par un croisement de regards interdisciplinaire et interprofessionnel, les évolutions, les actions et les enjeux qui touchent aujourd’hui les politiques publiques pour et par les jeunes, afin d’identifier des pistes d’action fécondes tant pour les politiciens que les praticiens. Les contributions aussi bien théoriques qu’empiriques sont bienvenues. Elles peuvent concerner différentes aires géographiques, et se structurer autour de trois dimensions.

1 – Crise, austérité et évolution des politiques publiques de jeunesse

Un premier front de recherche consiste à identifier la façon dont la crise et le contexte d’austérité ont affecté respectivement les jeunes adultes et les politiques publiques qui leur sont destinées. Dans quel sens ces dernières ont-elles évolué, en termes de moyens, de logiques d’action ou de dispositifs, comparativement aux conditions de vie des jeunes eux-mêmes ? Dans quels contextes a-t-on assisté à un déploiement accru des aides aux jeunes, et dans quels autres cas l’austérité est-elle venue restreindre le soutien public aux jeunes adultes ? Au-delà des droits sociaux communs qui dérivent du système de protection sociale, les jeunes sont la cible d’un certain nombre de politiques spécifiques (emploi, éducation, santé, etc.) destinées à la lutte contre certaines inégalités. Comment s’articulent désormais les politiques publiques touchant les jeunes adultes dans leur ensemble, et les politiques destinées à des groupes plus ciblés ? Peut-on déceler de nouvelles dynamiques d’approche dans chacune de ces deux dimensions ? Les contributions pourront veiller à identifier comment le contexte d’austérité affecte tant les conditions de vie des jeunes que les interventions publiques destinées à les soutenir.

2 – Lutter contre les inégalités : catégories instituées, angles morts et paradoxes

Un second volet se penchera plus précisément sur les paradoxes internes dans les approches actuelles des politiques de jeunesse, en matière de lutte contre les inégalités intra- ou inter-générationnelles. Une question fondamentale se pose: peut-on lutter contre les inégalités sans en créer de nouvelles? En effet, les politiques récentes visant la réduction de certaines inégalités d’accès peuvent se caractériser par la sophistication des techniques utilisées ou par l’application de modes de gestion privés comme modèles de gestion publique. Des travaux ont mis en lumière certains effets induits du processus d’individualisation des approches d’accompagnement, tel que le non-recours (Muller, 2011 ; Warin, 2006). Parfois même, les politiques publiques peuvent créer de nouvelles inégalités là où elles sont censées les limiter, que ce soit par le biais d’une stigmatisation induite (McAll, 2012), ou par un mode d’octroi favorisant de facto les fractions des classes populaires les moins fragilisées (Lima, 2016). Pour mieux identifier ces processus, les contributions pourront donc s’inscrire dans les questions suivantes : quelles sont actuellement les problèmes publics et les catégories instituées d’action dans la lutte contre les inégalités? Quels sont les angles morts des politiques publiques s’adressant à la jeunesse en matière de lutte contre les inégalités, et quelles sont au contraire les approches qui atteignent leur cible, et pourquoi? Les contributions pourront porter sur les politiques elles-mêmes et leurs effets, ou sur les aspects des inégalités dans les parcours de vie des jeunes qui n’ont pas encore porté l’attention des politiques publiques.

3 – Échelles territoriales et articulation de la lutte contre les inégalités

Ces deux premiers questionnements en appellent un troisième, touchant à l’existence de différents échelons territoriaux dans la lutte contre les inégalités qui éclosent au sein des trajectoires de jeunesse. Aujourd’hui, de multiples échelles de gouvernance se juxtaposent : à côté des politiques nationales, on observe non seulement la mise en place de dispositifs transnationaux, mais aussi et surtout, la montée en puissance de l’échelon territorial local (Loncle, 2010). Ces différentes échelles de régulation sont-elles guidées par les mêmes ressorts d’action et les mêmes catégories-cibles? De quelle façon s’articulent- elles en fonction des domaines d’action : dans quels cas par exemple entrent-elles en complémentarité pour « couvrir » différentes inégalités sociales et territoriales, et dans quels cas au contraire entrent-elles en compensation, en redondance, ou en tension? Quelles sont les lignes de faille et les points aveugles d’une telle multiplicité d’échelle d’action? Les contributions pourront confronter directement différents échelons politiques sur une dimension ciblée des inégalités, ou se pencher sur un dispositif particulier, en l’inscrivant dans ses liens à d’autres échelles territoriales de régulation.

Propositions de communications

capture-decran-2016-12-28-a-09-44-29Les propositions de communications (titre; nom, affiliation et adresse courriel des présentateurs; ainsi qu’un résumé d’un maximum de 1500 caractères, espaces compris) doivent parvenir à obsjeunes@ucs.inrs.ca d’ici le 27 janvier 2017. Les décisions du comité scientifique du colloque seront rendues à la mi-février 2017.

Lien vers l’annonce complète en cliquant ici

Share